Compagnie des Archers Bréhalais : site officiel du club de tir à l'arc de BREHAL - clubeo

Deloche-Dodemont Mixte gagnant à Antalya!

1 juin 2018 - 11:28

Sophie Dodémont et Pierre-Julien Deloche ont remporté l’épreuve mixte de la 2ème étape de la Coupe du Monde qui s’achèvera samedi à Antalya en Turquie.
En finale, la paire française s’est imposée face à la Corée du Sud sur le score de 154 points à 151.


 

Les Coréens, qui avaient battu jeudi le record du Monde en réalisant le score parfait, 160/160, étaient donnés grands favoris. Cependant la même paire française les avait accrochés en quart de finale lors de la première étape de Coupe du Monde fin avril à Shanghai.
Dès le début du match, les Français prenaient l’avantage de 2 points, les Coréens ayant plus de difficultés à trouver le chemin du 10 sur le terrain de finales aménagé comme chaque année sur la plage d’Antalya.
Les Coréens revenaient à une longueur après 8 flèches et c’est sur la 3ème volée que les Français allaient faire le break en réalisant 40 points contre 37 à leurs adversaires.
Restait à tenir bon sur la dernière volée ; 10-9-9 et un dernier 10 pour conclure le match et offrir la victoire à Sophie Dodémont et à Pierre-Julien Deloche.

Après trois saisons de break, cette paire « magique » déjà victorieuse sur le circuit de Coupe du Monde en 2014, renoue avec la victoire.
 A l’époque PJ Deloche avait déclaré à World Archery : “Sophie et moi on s’entend très, très bien. Presque à la perfection. Nous avons été un duo magique…tout a été simple. Nous avons une confiance mutuelle tout a été si naturel. »
Avant de partir à Antalya, Sophie Dodémont nous confiait après les deux matchs tirés en compagnie de Deloche à Shanghai « Le mixte, c’est la seule chose qui ne s’oublie pas ! ».
Avec cette belle complicité, les Bleus ont enchaîné quatre matchs solides ; jeudi ils avaient éliminé successivement l’Afrique du Sud, les Etats Unis et battu l’Inde en demi-finale, à chaque fois avec de gros matchs.

Sébastien Brasseur – Entraîneur National de l’équipe de France Arc à Poulies
« Pour ces deux-là et pour l’équipe de France Poulies, cela montre que nous sommes dans le coup. On avait fait de bonnes qualifs et ça s’est arrêté un peu vite sur les matchs individuels. PJ et Sophie c’est un binôme qui s’entend bien et qui s’écoute. Ça marche naturellement. Quand tu es derrière eux tu es plutôt serein, mais ça a été tout de même serré surtout au premier tour avec un barrage contre l’Afrique du Sud.
Ce matin PJ était plutôt serein, Sophie était plus tendue. Sur l’entrainement elle avait du stress par rapport au contexte du terrain de finale. En arrivant elle savait que ça allait être un peu particulier avec le terrain un peu en pente. Elle entame très bien. C’est très bien pour Amélie qui atteint les quarts de finales en Coupe du Monde pour la première fois de sa carrière. Sandra a bien réagi en battant Ellison. La déception s’est par équipe où on perd avec 235. Il y a encore du travail. »

 

Pierre-Julien DELOCHE : « En demi-finale on avait « un petit peu coupé» car les Indiens commettaient pas mal de fautes, alors que sur les matchs précédents ont avait fait deux fois 158 et 157, cela montre qu’on tient la baraque aussi. Le temps était orageux, un quart d’heure avant le début des matchs de l’après-midi la pluie s’est arrêtée, nous avons eu de la chance. Les conditions sur ce nouveau terrain des finales aménagé tout près de la mer près du port d’Antalya étaient très différentes de celles des années précédentes ; on était à 5 mètres de la mer, avec un terrain en pente et un sol pas très stable. Il fallait faire attention à mettre l’arc bien droit, avec la bulle bien au centre et à ne pas déséquilibrer Sophie en bougeant sur le pas de tir quand elle tirait. L’expérience de Sophie en tir en campagne nous a été utile. Moi j’avais moins l’habitude de cela, d’ailleurs, je me suis fait aspirer par le dévers quand j’ai fait 8 sur ma deuxième flèche. Il ne fallait pas hésiter à bouger le viseur pour s’adapter. Nous sommes partis pour tirer cette finale avec une volonté de construction. Avec Sophie, pendant toute la compétition nous nous sommes bien complétés et rassurés quand cela était nécessaire. Cela fonctionne d’une façon naturelle.
Cela fait plaisir d’apporter cette médaille à l’équipe de France qui a vécu une semaine dure sur le plan sportif et qui a encore du travail à fournir. L’écart entre la très haute performance et l’échec n’est pas si important que cela. Il reste encore pas mal de rendez-vous cette année, avec encore deux coupes du Monde et les Championnats d’Europe, nous ne sommes même pas à la moitié de la saison. »

Photos : World Archery

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU